Le procès de Martine Landry est renvoyé au 14 février prochain.
Cette militante d’Amnesty International comparaissait devant le tribunal correctionnel de Nice pour avoir facilité l’entrée de deux mineurs étrangers en situation irrégulière sur le territoire français.
Le parquet a demandé un examen approndi du parcours des deux jeunes jusqu’à leur prise en charge par la responsable niçoise d’Amnesty International.