Ce phénomène naturel s’explique par la présence de Vélelles, échouées par milliers sur le littoral azuréen. Ce petit animal marin semblable à une méduse est poussé sur le rivage par le vent. Inoffensifs pour l’homme, les vélelles se distinguent notamment par l’odeur nauséabonde qu’elles dégagent.