Les premiers vaccins anti COVID-19 sont bientôt prêts, seulement ils utilisent un procédé qui pourrait bien diminuer leur efficacité sur les patients atteints d’un cancer. Rencontre avec Gérard Milano du centre Antoine Lacassagne de Nice qui a publié un article sur le sujet dans le British journal of cancer.