Depuis 40 ans cet habitant de la Trinité se passionne pour les objets de la 1ère guerre mondiale. Une passion qui est née lors de son enfance grâce aux témoignages d’anciens soldats.Pour le centenaire de la Grande guerre, son associations reconstituent un camp de Poilus et de chasseurs Alpins à l’arrière du front. Une plongée dans le quotidien de 14-18. Points forts du camp, la présence d’un canon de 75 d’époque qui tire à blanc. Alain Fine nous raconte l’histoire émouvante d’un poilus